Thierry Fanfant, le bassiste qui sème du « LOVE »

Thierry Fanfant concert de Mayra Andrade à Toulouse, le 4 cotobre 2011

(de gauche à droite) Yoan Serra, Mayra Andrade, Thierry Fanfant, Muni Hosn

Le 4 octobre dernier, Thierry Fanfant accompagné la chanteuse Cap-verdienne, Mayra Andrade qui se produisait à la salle Claude Nougaro, à Toulouse.
J’ai profité de cette occasion pour lui poser quelques questions, sur son actualité, ses projets, la sortie de son deuxième album « simé lanmou » et de son intérêt pour les médias et réseaux sociaux. Le rendez-vous était pris pour le lendemain matin 10h30, dans le patio de l’Hôtel de Brienne.

Mais qui Thierry Fanfant ?

Musicien, auteur, compositeur et arrangeur, originaire des Antilles, plus précisément de la Guadeloupe, il  est réputé pour ce groove qui lui est propre

Quelques dates clés du parcours de Mister Groove

  • C’est en 1976 qu’il commence à jouer de cet instrument. Autodidacte,  il intègre rapidement la formation musicale des ses parents « Fair Nick Stars ».
  • Au début des années 80, il manifeste un intérêt certain pour la contrebasse et passera quelques mois au conservatoire de Dugny (93).
  • En 1986/87, dans le cadre d’un stage « Jeunes Volontaires »,c’est avec son professeur particulier, Pierre Mortarelli qu’il travaille les congas et la basse
  • En 1992, retour à la contrebasse, il faut approfondir l’apprentissage de cet instrument. Il s’ inscrit au conservatoire du Bourget (93)
  • En 1997, il étudie l’instrument avec le regretté contrebassiste Jean-François Jenny-Clark.
  • 2005 sortie de son 1er album « Intimes »
  • 2011 Sortie de son 2eme album  » simé  lanmou », le 27 mars 2011.

Thierry Fanfant est un bosseur.

Les  challenges musicaux ne le freinent pas. Il collabore, participe, accompagne des nombreux artistes dans les 4 coins de la planète. Citons -en quelques-uns :

Dédé Saint-Prix, Franky Vincent, Papa Wemba, Gazolinn’, Al Singer, Pierre Barouh, Andy Sheppard, Daniel-Sidney Bechet, Ralph Tamar, (directeur musical) Siegfried Kessler, Tullio De Piscopo, Kina Soukichi, Kassav, Mario Canonge, Édith Lefel (directeur musical) Lokua Kanza, Viktor Lazlo, Tanya Saint-Val, Michel Fugain, (directeur musical), EnzoEnzo, Tony Chasseur, Antoine Illouz, Beetova Obas (directeur musical), Philippe Lavil (directeur musical), Henri Guédon, Sol en Si, Au P’tit Bonheur, Marc Berthoumieux, Marie-José Alié, Jacob Desvarieux, EnzoEnzo, Michel Sardou, Zic Band (directeur musical), Paco Séry, Tony O’Malley, Francis Lockwood, Laurent Voulzy, Jocelyne Beroard, Angélique Kidjo (directeur musical), Teri Moïse, Eddy Louiss, Andy Narell, Daniel Levi, L5, Carlos Santana, Belo, Mayra Andrade, Bernard Lavilliers.

Découvrez les premières minutes de l’interview !

Premieres minutes de l’interview de Thierry Fanfant, le 5 octobre 2011

Marie- Noëlle Imbart : La promotion de ton deuxieme  album, où en es-tu ?

Thierry Fanfant :Je viens de terminer la tournée avec Bernard Lavilliers et je commence avec Mayra Andrade… Mais en fait, c’est maintenant que je vais commencer à m’occuper réellement de trouver des dates pour faire connaître cette album.  … Je  commence à démarcher … Et j’ai vraiment envie de jouer avec ce trio (David Fackeure (piano), Jean-Philippe Fanfant (batterie)) de quels instruments jouent ils ? et peut être le style de musique ? . Et je fais appel à toutes les forces vives  et les programmateurs de salle, de clubs et/ ou Festival pour m’inviter à jouer.

J’ai vraiment envie de jouer partout. J’ai déjà pas mal écumer les clubs de Jazz à Paris … J’ai envie de retourner régulièrement aux Antilles, venir à Toulouse … Et repartir un peu à étranger (Colombie, Vénézuela) comme je l’avais fait pour la promotion de mon 1er album. Oui, il me faut réactiver ces réseaux pour assurer la promotion de « Simé lanmou »

MNI : Justement en parlant de réseaux,  Je sais que tu as un compte Facebook. Tu as un site internet. Tu étais très actif  sur Myspace. Quel usage as-tu des réseaux et médias sociaux ?

T. F: Je pense que j ai le même usage que la plupart des gens. Ça permet  de trouver des amis, des artistes que j’admire. Mais beaucoup de gens entrent contact avec moi par ce biais là et je trouve que ça humanise le lien qu’on peut avoir avec eux…. ça désacralise un peu le coté «  Star inaccessible » que l’on peut avoir. Je trouve intéressant de partager avec les gens qui viennent nous voir. J’aime beaucoup ça. Après les concerts, j’aime bien voir les gens. Je trouve ça fabuleux de retrouver des gens que l’on n’a pas vu depuis des années. D’ailleurs, il y a une semaine j’ai retrouvé un ami qui avait acheter ma première basse. C’était en 79. Donc grâce à Facebook, j’ai retrouvé mon 1er instrument acheté.

MNI : Et le business là dedans. Penses-tu en faire grâce à ces réseaux ?

T.F :Je ne sais pas si on peut faire du business. Moi j’utilise ces services comme moyen de communication et d’information. Si on pouvait faire du business avec les réseaux sociaux, nous serions tous riches (rires)

T.F :En fait, je pense que les contacts que je crée et que j’ai via ses réseaux  me permettent  de générer du business.  C’est vrai que je rencontre plus facilement des programmateurs de, des artistes en développement… Oui ces outils ont modifié notre façon de travailler. Il y a une vraie évolution. Avec le Internet, tu n’es plus obligé d’avoir tous les musiciens sous la main pour composer un morceau. Internet facilite énormément les choses. Une évolution

MNI : Dernier question Thierry. En fait il s’agit de la question qui tue. Tu es un bassiste plus que reconnu dans  le milieu artistique caribéen. Ta réponse est importante ( Rires)

T. F. (Rires) Sans doute, plus reconnu par les autres que par moi

MNI :  Le Zouk est-il mort ? Une réponse sans langue de bois s’impose ( Rires)

T.F Euh …  le Zouk est-il mort ? Moi je fais de la scène… Hier j’ai fait de la scène avec une artiste[1] qui m’a donnée des émotions. Et… qui me donne l’envie de faire ce métier là.

Maintenant, le zouk c’est principalement du playback, en boite de nuit ou de l’album… Euh… Le Zouk n’est pas mort quand je vois Kassav. Quand je vois Kassav sur scène, pour moi, il  n’est pas mort.  Par contre, quand je vois des gens qui sortent des albums alors qu’ils ne sont pas capable de sortir deux mots  dans un micro lorsqu’ils sont en live. (Rires) Oui je me dis … ce n’est pas terrible …. Ce n’est pas l’image que j’ai envie d’avoir de cette musique là. Je préfère m’orienter vers la musique plus traditionnelle qui me parle plus que ce soit le Gwo ka ou la biguine ou autres.  Il y a plein de jeunes  musiciens comme Sonny Troupé, Grégory Privat qui font un super boulot… Bon Ok ça reste dans le cadre du jazz caribéen. Maintenant au niveau des chanteurs, il y a des gens qui me donnent envie…Il y a Ralph Thamar et Tony  Chasseur et également des jeunes chanteuses comme Tricia Evy, Florence Naprix qui défendent  bien la musique antillaise en live. D’ailleurs, pendant 1 an et demi, nous avons joué avec Mario Canonge et d’autres musiciens afro caribéens au Baiser salé. L’objectif était de faire vivre cette musique en live et d’apporter une autre vision au public.

C’est vrai que maintenant, il n’y a pas trop d’endroits à Paris où l’on peut vraiment proposer de la musique antillaise. En ce moment, il y a le salon Mangrove à Gennevilliers avec Jojo (ancien gérant du Balisier) qui fonctionne pas mal, les ducs des lombards, le baiser salé … Enfin je parle pour Paris.  Tout ça pour  dire qu’à part ça, c’est du play-back.

De plus «  nos médias » ne sont pas représentatifs de ce qui se passe réellement. On nous bastonne avec du Zouk commercial mais bon …En fait ce n’est pas le Zouk qui est mort c’est le milieu du zouk qui est mort. Tout est fait avec des économies de bouts de chandelle.

MNI : Merci Thierry de m’avoir accordé du temps pour cette itv .

On rappelle que l’on peut retrouver toutes les infos et ton actu sur ton site internet Facebook, myspace et sur youtube.

Que ton album ‘simè lanmou »  est toujours disponible sur les plateformes de téléchargements légales. Merci encore!

Thierry Fanfant : Merci à toi et à bientôt

 


[1] Mayra Andrade, concert du 4/10/11 à Toulouse


Marie-Noelle

Toulousaine afro-caribéenne, blogueuse, artiste et Community Manager, Je partage mes passions pour, les cultures et talents afro, Toulouse, les médias sociaux, webmarketing, entrepreneuriat et surtout sur LA MUSIQUE.

Vous aimerez aussi...